Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 21:44

Dans 19 jours, ce sera Noël. Et sa galerie de photos souvenirs.

 

Cette année, je n'ai pas très envie de fêter Noël. Parce que j'ai encore un poids sur le coeur qui a beaucoup de mal à s'atténuer. Alors, je n'ai rien commencé. Ni cadeaux. Ni promenades avec mes loulous sur nos Marchés de Noël, qui donnent un certain air de fête à nos villes. Ni thé à l'orange et à la canelle. Ni petits gâteaux typiques. Rien.

 

Jusqu'à ce soir.

 

Je suis allée, seule, aller chercher le sapin chez le géant suédois.

 

Sous une pluie battante. Dans une nuit noire et froide. (C'est gai, hein?)

 

Les musiques d'ambiance dans le magasin ne parviennent pas à me mettre du baume au coeur. Je ne regarde même pas les décorations. Je paye. Je prends mon ticket. Et je me rends dans ce parc immense qui a l'allure d'un cimetière.... Le vendeur me sourit et m'indique la démarche à suivre.

 

J'avance et je m'arrête au milieu de l'enclos ( ils ont peur qu'ils s'échappent leurs sapins?).

 

Des centaines de sapin parés d'un linceul blanc. Je les regarde et reste pétrifiée. Sous la pluie. Je n'ai pas ENVIE d'en prendre un... Je me sens triste à pleurer. Et cette pluie qui n'arrête pas....  Les gens entrent, en choisissent un et repartent. Ils ont l'air contents. Moi, je commence à être trempée comme une soupe mais je ne bouge pas. Je les observe. Atterrée. Pourquoi je suis là, moi? (Pour faire plaisir à tes enfants, godiche!) Oui mais je n'ai pas ENVIE!!! Mes cheveux sont trempés (rassurez-vous, je ne fais jamais de brushing), mes lunettes n'en parlons pas (de toute façon, elles sont sur ma tête alors je m'en fiche) et je suis gelée. Je fais le tour de l'enclos. Lentement. Et je me dis que je vais rentrer sans sapin. Que je dirai à mes enfants que le Père Noël n'existe pas. Que des millions d'enfants ne fêtent pas Noël, n'ont ni cadeaux et ni friandises et que je fêterai Noël quand la tristesse aura disparu de la surface de la Terre. C'est-à-dire jamais. Point.

 

"Vous voulez que je vous aide à en choisir un, Mademoiselle". Pendant une seconde, j'ai envie de partir, de l'envoyer promener... Mais bon.... "Mademoiselle": à mon grand âge, c'est tout-de-même agréable à entendre.... Alors je le remercie gentiment. Et il repart. Me laissant là avec mes états d'âme et ma boule dans la gorge. Il est trempé. Habillé comme s'il partait pour une expédition au Pôle Nord. Mais il est sympa et souriant. Et moi je me sens conne.

 

Conne oui, mais triste surtout. Parce que plus que tout je ne veux pas ouvrir mes cartons de Noël et retrouver ce qu'elle m'a offert à cette période qu'elle chérissait tant,  chaque année, pendant 6 ans. Parce que j'ai mal. Parce que j'ai des larmes qui stagnent depuis des jours . Parce qu'en ce moment, elle est souvent dans mes rêves, parce que nous parlons et parce que je me réveille en pleine nuit, une boule dans la gorge. Parce que sous une apparence souriante, je suis un rien  malheureuse . Je pense à elle.  A nous, à l'école, sans elle. Parce que nous avons tant partagé. Et que là, moi, je ressens un grand vide. Que décorer l'école sans elle est une épreuve. Qu'avec Carole et Manue, nous avons des sourires tristes depuis quelques jours en parlant de cette fichue fête.  Que je voudrais que Noël soit passé. Voilà pourquoi je n'ai pas envie. Voilà pourquoi devant ce parterre de sapins coupés, mes larmes montent lentement. Voilà pourquoi.....

 

Je me dirige vers un sapin isolé des autres et je le prends. Je retourne vers le pauvre vendeur, le salue, lui sourit quand il me souhaite de joyeuses fêtes et pose le sapin dans la voiture.

 

Je retourne chercher mes enfants. Leurs sourires et leur joie à la vue du sapin me fait du bien. Je lui enlève son linceul blanc. Il est beau. Tout petit. Je vais chercher mes cartons....Les enfants les ouvriront demain matin. Ce soir, je n'ai pas la force.

 

Et n'ayez crainte: je ne dirai rien de tout cela à mes enfants. Je vais les laisser rêver encore un peu. Croire en la magie de Noël. Parce que moi, ce soir, j'aimerais bien y croire....    

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by miss.café - dans instants de vie
commenter cet article

commentaires

chab'instit 12/12/2011 22:33

De douces pensées pour toi, la jolie.
Je comprends tout à fait que cette période soit difficile. Prends bien soin de toi et laisse-toi porter par tes enfants !
Des bises.

miss.café 02/01/2012 21:54



Merci.....


C'est passé.... Ce fut difficile..... Mais ça va.....


Je t'embrasse!



Marielle 07/12/2011 07:23

Que te dire... La même chose qu'Aline, effectivement elle qui aimait tant cette période aimerait que tu en profites avec tes proches... J'ai des tisanes à la canelle si tu veux et je peux te faire
des bons sables de Noël version prettysweet, quand tu veux! Un petit marché de Noël? Je suis là pour parler profondément ou pour faire semblant et parler de tout et de rien!

prettysweet 06/12/2011 23:01

en temps normal la miss café que je connais aurait fait un article très rigolo sur le géant suédois non???
Ton post est très émouvant ce soir, j'en ai la larme à l'oeil... mais suis persuadée qu'elle te regarde de tout la haut et aimerait te voir retrouver le sourire et ouvrir ces cartons sans peur et
sans tristesse...bisous ma belle

silvi 06/12/2011 22:59

sans en dire de trop...... je te comprends ! j'ai aussi un lourd poids sur le coeur en cette période.... et avec le temps (beaucoup de temps et d'années) la douleur s'estompe, mais pas l'être qui
nous manque. Je te souhaite de bonnes fêtes avec tes enfants ♥